Article

Article

1er Mai 2019 : Une litanie de revendications et un éternel recommencement


1er Mai 2019 : Une litanie de revendications et un éternel recommencement

Le 1er mai 2019 appartient désormais à l’histoire. Les togolais à l’instar des autres terriens ont célébré la fête du travail en souvenir à la grève sanglante du 3 mai 1886 à Chicago aux Etats-Unis d’Amérique.

Ce fut une occasion où, comme d’habitude, les responsables des centrales syndicales présentent aux gouvernants leurs doléances dans un cahier de charges. Ceci dans le but de voir s’améliorer les conditions de vie et de travail. Cette présentation des revendications des travailleurs s’est déroulée aux termes du traditionnel défilé qui a sillonné les artères de Lomé avant de chuter à l’esplanade du Palais des Congrès.

C’est le Chef du gouvernement Monsieur Komi Sélom KLASSOU, avec à ses côtés le ministre de la Fonction publique, du Travail, de la Réforme administrative et de la Protection sociale Monsieur Gilbert BAWARA, des autres membres du gouvernement, des députés à l’Assemblée Nationale et d’autres personnalités, qui a reçu le précieux document. Pour la circonstance, les travailleurs n’ont pas manqué de saluer et d’encourager le Chef de l’Etat Faure GNASSINGBE dans sa décision 
de relever  la valeur indiciaire des salaires à partir de janvier 2020, le rétablissement par le gouvernement, à partir de 2020, de l’indemnité de départ à la retraite pour les fonctionnaires, la construction des maisons de retraite et la création du Conseil Economique et Social (CES). Et après …

Une litanie de revendications et un éternel recommencement

Le cahier de charges remis au Premier Ministre est-il différent de celui à lui adressé l’an dernier et les autres années passées par les travailleurs togolais ? La réponse sera, éventuellement, « Non ». Les contenus des divers cahiers de charges sont donc, à quelques exceptions près, les mêmes depuis des ans. Ce qui change dans cette « mise en scène » ce sont les acteurs qui ne sont autres que les différents chefs de gouvernements, les différents ministres et les différents responsables syndicaux. Chaque acteur s’accommodant à son poste avec les avantages inhérents et se souciant peu du bien-être des travailleurs à la base.  

Au 1er mai 2020 le présent cahier de charges, précieusement gardé dans un tiroir, sera dépoussiéré et fera l’objet d’un autre rituel en oubliant que la journée du 1er mai est un jour de commémoration à l’égard des travailleurs qui ont versé leur sang dans la quête perpétuelle du mieux-être.

Juste le SAGE

E-Press @ Copyrights CreativesWeb 2018 ECO CHALLENGE