Article

Article

30 Juin 2019, tenue des élections locales au Togo / Enfin l’exercice de la démocratie et du développement à la base


30 Juin 2019, tenue des élections locales au Togo / Enfin l’exercice de la démocratie et du développement à la base

Trente-deux ans après les dernières élections locales, les togolais iront aux urnes pour se choisir leurs représentants locaux que sont les conseillers municipaux.

Au total 1527 sièges de conseillers seront pourvus dans les 116 communes que compte notre pays le Togo. Ceci marquera inéluctablement un tournant décisif dans le processus démocratique enclenché par notre pays au début des années 90.

Depuis le début de ce que l’on a appelé « vent de l’Est », notre pays a connu six élections présidentielles (1993,1998, 2003, 2005, 2010, 2015) et autant d’élections législatives (1994, 1999, 2002, 2007, 2013, 2018) mais jamais d’élections locales. Tous les leaders politiques n’avaient leurs yeux rivés que le fauteuil présidentiel et sur les sièges à l’hémicycle.

Les élus locaux, un vivier pour la classe politique au sommet

L’apprentissage démocratique commence à la base dit-on. Partout ailleurs  sous d’autres cieux les hommes et femmes entament leurs expériences politiques en tant qu’élu à la base avant de gravir les échelons. Ce sont ces élus qui auraient fait preuve de bonne gestion à la base, de rigueur et de dynamisme qui se verront cooptés par les partis politiques pour un destin national futur.

Mais sur la terre de nos aïeux, les politiques, de l’opposition comme du parti au pouvoir, ont fait du « parachutage » l’expression de l’exercice politique ou le chemin royal pour garnir les écuries politiques. Un observateur avisé de la scène politique togolaise disant « pour être un des premiers responsables d’un parti de l’opposition au Togo il faut savoir insulter le parti au pouvoir et le gouvernement, tempêter pour oui ou pour un non de même pour entrer dans les sérails du pouvoir il faut faire le zèle et surtout à l’excès. Point n’est besoin de cultiver ou de démontrer sa popularité à la base »

La classe politique togolaise est allée plusieurs fois au dialogue et plusieurs fois des engagements ont été pris. Mais les locales sont toujours restées en pointillés ou en indice. Ce qui préoccupait et le pouvoir et l’opposition c’était le contrôle du fauteuil présidentiel et du parlement, c’est-à-dire le contrôle du pouvoir au sommet de l’Etat.

Avec ces locales annoncées par le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), Monsieur TCHAMBAGO Ayassor, le jour du 59ème anniversaire de l’indépendance de notre pays, l’on ose croire que les politiques de notre pays ont véritablement envie de faire de la démocratie à la base et d’imprimer un style nouveau de développement à la base. Ceci mettra un terme à la longue période des délégations spéciales nommées par l’exécutif en lieu et place des conseillers municipaux élus. La coopération décentralisée pourra aussi se mettre en branle pour le bonheur des populations.

Notons que l’annonce de la tenue de ces élections locales a été couplée de celle d’une révision de trois jours des listes électorales qui débutera le 16 Mai 2019 pour permettre à ceux qui n’avaient pas pu se faire enrôler sur les dernières listes électorales de le faire afin  de disposer d’une carte d’électeur et d’exercer son droit le moment venu. Cette double annonce est un signal d’apaisement envoyé par le gouvernement pour des élections ouvertes et inclusives.

En rappel les dernières élections municipales togolaises se sont déroulées le 25 octobre 1987. Elles étaient aussi les premières organisées au suffrage universel dans tout le pays. Ces élections avaient vu s’opposer des candidats, tous sous la bannière de l’ancien parti unique le Rassemblement du Peuple Togolais (RPT).

  
Juste le SAGE

E-Press @ Copyrights CreativesWeb 2018 ECO CHALLENGE