Article

Article

Elections locales du 30 juin prochain UNIR sur le terrain, L'opposition dans les nuages


Elections locales du 30 juin prochain UNIR sur le terrain, L'opposition dans les nuages

Le 08 mai est entré désormais dans l’histoire récente du Togo. L’on retiendra que c’est ce jour-là que les représentants du peuple togolais sont parvenus, de façon consensuelle, à adopter les réformes politiques prévues par l’Accord Politique Global (APG) signé en 2006.

Le 08 mai donc, pas moins de 29 articles de la constitution du 14 octobre 1992, révisée le 31 décembre 2002 et retouchée en 2007 ont été votés à l’unanimité par les députés. Ce vote historique a été salué par nos partenaires de l’Union Européenne (UE) et autres chancelleries. Les Etats-majors des partis politiques ont, quant à eux, apprécié diversement l’évènement.

Si UNIR, qui est à la manœuvre, et ses alliés de l’opposition parlementaires et extra-parlementaires ne tarissent pas d’éloges pour cette révision constitutionnelle, la lecture est toute autre à l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), au Parti National Panafricain (PNP) et ce qui reste de la coalition des 14 de l’opposition. Pour cette frange de l’opposition, UNIR et ses alliés « ont taillé une constitution à la mesure du champion Faure ». Par conséquent c’est un non évènement et une fois encore une forfaiture. Ils appellent le peuple togolais à une mobilisation afin de dénoncer ces réformes politiques et aboutir, pour certains, au retour à la constitution de 1992 adoptée par référendum par la majorité absolue des togolais et pour d’autres, à la limite, revenir au projet de constitution proposé par l’expert constitutionnaliste sénégalais commis par la CEDEAO, au plus fort de la crise de notre pays.

Que fait UNIR en ce moment ?

Comme on pouvait s’en douter UNIR, le parti de la majorité présidentielle, occupe rationnellement le terrain. Depuis quelques temps on constate un maillage absolu du territoire national par les cadres du parti et de tous ses mouvements. Pas un centimètre du territoire n’est épargné. Ici, on explique les enjeux des élections municipales. Là, c’est le débat sur la constitution des listes du parti pour ces locales qui est le sujet principal des discussions. Et ailleurs, on mobilise les électeurs pour la victoire finale. Le parti bleu-blanc est décidé à confirmer son ancrage à la base et prouver à l’opinion qu’il a l’immense majorité du peuple avec lui.

Les prochaines élections locales, trente-deux ans après les dernières, doivent redessiner pour les cinq prochaines années, la carte politique du Togo. Mais tous les partis politiques en sont-ils conscients ?

Mais que fait l’opposition radicale ?

L’opposition radicale incarnée par le PNP, l’ANC et tout ce qui reste de l’ancienne coalition des 14 de l’opposition projette occuper les belles rues de la terre de nos aïeux pour forcer le pouvoir à revoir sa copie des réformes. Même si certains de cette opposition annoncent prendre activement part aux locales, la pression populaire reste toujours d’actualité. Est-ce la meilleure stratégie pour arracher des communes à UNIR, se demandent certains analystes de la scène politique de notre pays. A cette question l’on est en droit de douter de l’efficacité de la stratégie de cette opposition qui sait que l’immense majorité des togolais ignorent aussi presque tout des élections locales. Les responsables de l’opposition doivent comprendre et faire comprendre à leurs militants que toutes les élections ne se valent pas. Les locales ont un enjeu particulier. C’est elles qui déterminent l’élection des maires et la gestion des communes. L’opposition sait aussi plus que quiconque que, d’après la loi BODJONA, c’est le maire qui est habilité à autoriser les manifestations publiques.

Au risque de crier à la fraude à l’issue des prochaines locales, l’opposition togolaise doit se mettre au travail mais pas dans la rue, expliquer, réexpliquer et redonner confiance aux militants désarçonnés par l’impasse des législatives du 20 décembre 2018.

Juste le SAGE    

E-Press @ Copyrights CreativesWeb 2018 ECO CHALLENGE